16.11.05

Le Jackpot - Chapitre 15

Ce qui fut autrefois le deux-pièces de Shaz s'est presque entièrement reconfiguré. Le très visqueux et fumeux Jabba le hutt s'est vu attribué, avec divers autres rebuts de l'espace, son domaine dans les toilettes. Qui sont devenus, de facto, les territoires tribaux.

Ce qui fut le salon du deux-pièces est devenu la Grande Terre, avec son centre industriel, pièces détachées à profusion, outils de réparation, colles, assemblages en attente...

Ce qui fut autrefois la chambre est désignée à présent comme étant le Sanctuaire. Seules les figurines et poupées d'enfants, d'anges, de chats et de gentils animaux tout plein y sont admises. Quand aux autres, humains, robots, aliens, super-héros et démons de toutes sortes, ils ont pris place partout ailleurs.

Cependant, le Grand Conseil a dû se résoudre, pour la poursuite d'un minimum de circulation humaine dans les lieux, à créer une ZMID, une Zone de Moindre Importance Décisionnelle. Un camp de réclusion pour tous les êtres douteux, super-vilains aux membres manquants, robots voyous aux discours hermétiques et autres bestioles malfaisantes. Un dépotoir de véhicules, roulants ou volants, dépieutés ou calcinés, en attente de recyclage. Une poudrière qui menace de renverser l'ordre établi.

Si le locataire des lieux se trouvait sur notre planète, il entendrait toutes sortes de choses... tout et son contraire.

- Notre fondamental sera toujours égalitaire !
- Mensonges ! Halte au clientélisme !
- On sortira jamais de la ZMID !
- Assez de compromis hypocrites avec le Conseil !!
- Tolérance zéro pour les zombies rebelles !

Ces discriminations, et le cortège des colères qu'elles suscitent, soulèvent de vifs débats au Conseil.
- Et que ferons-nous si Ackbar et l'humain ne rentrent jamais plus ? demande Hammerhead tout à trac.
- On pourrait envoyer un explorateur par télékinésie... lance Albator.
- De n'aller bien loin, j'ai peur que nous ne puissions... répond le Yoda Maître.
- Le temps joue contre nous, assène Sidéro à l'assemblée, il nous faut anticiper l'attaque qui se produira très prochainement.

Yoda semble approuver.
- Dans ces temps incertains, absolument préserver l'espoir nous devons... Ackbar n'est pas perdu...

Ailleurs. Dans une galaxie très très lointaine, au coin des catacombes. Sur la planète du château de givre.

Comment puis-je décrire cette salle de tous les possibles ? Comme la Boite de Pandore ? Le Loto Cosmique ? Et où donc est mon deux-pièces parmi cette multitude de mondes ? Qu'est ce qui pourrait bien se passer si je me gourais bêtement de sortie ? Je bouleverse le karma universel ? Je me goure et la bonne planète, la bonne réalité, la mienne - qui, entre parenthèses ou entre tirets, est déjà bien spéciale depuis peu - est justement la planète d'à-côté. Ou alors celle parfaitement à l'opposé.

Autant ne pas trop réfléchir, ça n'aidera absolument pas. Me voilà donc en lieu bien paradoxal, je suis réduit à la taille d'un jouet, dans un château haut comme trois pommes, et pourtant je contemple des planètes bleues, avec chacune sa histoire, des millions de milliards, en rang d'oignon, et pas plus grosses que mon poing... et pourtant... à côté de cet ange du château de givre, la belle Ashanti, flottant gracieusement dans cette boule de neige féerique, je me sens prodigieusement grand... avec le pouvoir d'aller sur n'importe quelle réalité...
- On peut se rapprocher un peu...? je demande timidement.
- Un peu alors, répond Ashanti dans un sourire énigmatique.

Fabuleux ! Les planètes grossissent, lentement mais sûrement, et dans le même temps elles s'écartent les unes des autres ! Je peux aussi apercevoir des systèmes solaires miniatures. Et je finis par ne plus distinguer les parois de la voûte qui se perd dans des fluides argentés...

Chaque sphère nuageuse est comme une petit nid, un nid qui chatoie à sa façon. Je suis saisi par ma contemplation méditative et cette vision déformée...

- Oui... continue... me susurre Ashanti, entrant en transe et rejetant sa tête en arrière.
Je poursuis mon lâcher-prise. Le chatoiement des sphères reprend de plus belle, et dans le fond cosmique, tout doucement, se dégagent alors, presque sans le vouloir, les lignes de force. Des lignes de forces par milliers de millions de milliards.

Ooh wahou... Elles sont partout, sans cesse en mouvement, traversant les planètes par bancs entiers. Ces lignes sont vivantes, vibrantes dans toute la gamme des couleurs.
- Aoh. Intègre ce que tu vois, à présent, fait Ashanti.
Sa voix, sa présence semble se fondre en moi, et moi avec elle nous nous fondons dans la boule...
- Euh... oui... je continue...

Je suis englué par ces myriades de tracés multicolores. Elles jouent entre elles, dansent, et, en se frôlant, elles échangent des teintes. Des frissons très agréables traversent mon petit corps de givre. Soudain, sans raison apparente, deux couleurs dominantes de lignes nous charment subtilement et nous attirent fortement vers elles.

Il y a ce violet clair, un lilas très tendre qui est une caresse de plénitude, un violet fragile, timide, peureux même et si doux. Et, filant de concert, il y a ce jaune orange aux reflets d'or qui sème une odeur de force et de chance. Au plus profond de l'enchevêtrement de ces lignes, il y a cette lumière printanière, un petit lac au sommet d'une colline, des fleurs des montagnes, bleues et jaunes, à profusion tout autour. Il y a les rayons solaires qui jouent avec les eaux calmes. Il y a dans les frissons de la terre et du vent de l'amour à foison.

Dans notre adhésion collective aux vertus de ces deux teintes qui forment un tout harmonieux, notre être de boule glacée suit ses lignes et se rapproche d'une planète. Une Terre où les meutes de force du lilas et de l'or convergent. Terre qui, à première vue, est empestée de satellites, mais dont l'aura jaune et indigo semble encore forte...

Nous tombons, aussi vite qu'on peut tomber amoureux d'une planète, nous tournoyons à toute vitesse et nous nous dissolvons en un flash à la sortie de la haute atmosphère...


Posté par shazam à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Jackpot - Chapitre 15

Nouveau commentaire