26.10.05

Le château de givre - Chapitre 13

Je saute de mon fauteuil-main et m'approche de l'édifice de glace. Dans l'air, les sons cristallins carillonnent de plus belle. Mais quelle n'est pas ma surprise, en me rapprochant peu à peu du château de le voir rapetisser...

Quand je me trouve juste devant, il n'est, en fait, pas plus grand qu'une bête cabane de jardin. Pourtant, ce château miniature est magnifiquement ouvragé, avec ses donjons, ses remparts crénelés et ses moult meurtrières... Le pont-levis s'abaisse et surgit une sorte boule de neige volante qui s'arrête à hauteur de mes yeux.

Un reflet bleu acier court sur la surface neigeuse de la boule et dévoile en son sein une toute petite femme, toute de givre vêtue. Cette femme, au teint de glace, aussi grande qu'Ackbar, possède de jolis traits et une longue chevelure blanche. Enfin, vous m'avez compris, longue pour sa taille à elle.

- Sois le bienvenu Shaz, me fait-t-elle de sa drôle de voix. Je suis Ashanti.
- Ashanti ? Ah c'est gentil. Au stade où j'en suis, je ne m'étonne pas qu'elle connaisse mon prénom. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire l'andouille, mais je ne sais pas pourquoi, la sensation d'un danger impalpable ne me quitte pas. Je reviens au présent.

- Pouvez-vous me dire sur quelle planète nous sommes, Ashanti ?
- Tu n'as pas quitté la Terre. Cet espace peut se définir comme... une dimension intermédiaire, entre le monde que tu connais et d'autres réalités existantes. Ici se trouve la source de tous les rêves. Et tu as pu y accéder grâce à tes facultés mentales très particulières. Seulement...
Bip bip bip. Revoilà l'alerte rouge qui vibre dans mes neurones vacillants.

- Oui, seulement quoi ? je reprends doucement.
- Seulement en venant ici, tu modifies l'équilibre des univers coexistants et...
Oh la la! Que va encore m'annoncer la fée boule de neige ?
- Et quoi d'autre ?
- Repartir sera plus délicat que venir ici.
- Mais pourquoi ?
- Parce qu'il te faudra trouver la sortie par toi-même, comprendre qui tu es et appréhender le combat qui se livre sous tes yeux.

Je ne dis plus rien. Je pense que cette fois-ci je suis vraiment mal, pour la bonne et simple raison que je ne comprends rien. Rien de rien. D'ailleurs, je ne maîtrise rien depuis qu'Ackbar et ses copains du Grand Conseil se sont mis à me causer. Je ne sais rien de leurs intentions, pourquoi j'ai dû aller en Normandie acheter un Yoda à cape blanche et un Hammerhead, pourquoi j'ai du remplacer comme un voleur un Scrameustache par un autre, pourquoi le Haut Conseil se méfie du mystérieux Ali, pourquoi les témoins de l'ultime Apocalypse ont sonné à ma porte, pourquoi j'ai du m'enfuir à toutes jambes par le sous-sol de mon immeuble et comment j'ai pu atterrir ici. Je ne suis sorti ni de l'auberge ni de ce monde de givre. Je suis totalement givré et largué.

Je tombe à genoux dans la neige et je me prends la tête dans les mains.
- Madame Ashanti, aidez-moi, donnez-moi une bonne nouvelle, je vous en supplie. Je ne suis que le jouet des jouets. Je suis un esprit fragile avec lequel les dieux ou les démons s'amusent. Je crois bien que je vais m'endormir par terre et ne plus me réveiller. Je suis perdu.

Ashanti me murmure un ultime message.
- Tu es loin d'être perdu, tu es une passerelle...

Je suis une passerelle ? Je suis une passoire plutôt. Mais... mais oui ça y est ! Ça me revient maintenant... c'est ce que me disait le Général Calamarien à Honfleur. " TOI, tu es la passerelle entre le monde manifesté et le monde de notre conscience à nous." Et à présent, ce sont les paroles de Yoda qui ressurgissent, celles qu'il a prononcées avant la transe cosmique que les jouets avaient provoqué chez moi. "Plus la symbiose tu opéreras, plus les lignes de force tu dégageras... De ce que tu crois savoir, t'affranchir tu peux. Te laisser guider est la seule clé. A toutes tes questions et bien plus encore..."

Je me souviens nettement de ce voyage mystique, des présents, passés et futurs possibles comme autant de bras de la spirale cosmique. La peur mêlée à l'espoir me submerge à nouveau. Serait-ce vraiment aussi simple que cela ?

- Je crois que j'ai trouvé, dis-je timidement à Ashanti.
- Qu'as-tu trouvé ?
- Que je suis le carrefour de l'Humanité, quelque part entre l'innocence des enfants et la volonté des adultes. Et que me laisser guider est la seule solution.
- Ah ah... fait alors la fée d'un ton enjoué.

Elle décolle alors de sa boule de neige et vient se poser sur ma tête. Et je sens une aiguille de glace qui transperce mon pauvre cuir chevelu pour électriser ma colonne vertébrale. Sans pouvoir résister, je tombe au ralenti sur le château de givre qui s'illumine de mille feux et m'éblouit...


Posté par shazam à 01:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Le château de givre - Chapitre 13

    transportée!

    cher monsieur Shaz,
    Le coeur encore battant et le corps fébrile,je m'empresse de vous confier combien j'ai été transportée par votre récit.Moi aussi je collectionne de nombreux jouets oblongs avec lesquels je parle la nuit.
    cordialement & humidement
    votre douce truie

    Posté par petite truie, 26.10.05 à 14:55 | | Répondre
  • wouah

    carrément trop puissant ton histoire refrè !

    Posté par tidji, 30.10.05 à 11:54 | | Répondre
Nouveau commentaire