02.10.05

Premier assaut - Chapitre 10

Et voilà comment, sans être passé par la case dodo, j'entame la transformation du couloir et de l'entrée en antre syndicale robotique. Le typhon social s'est abattu sur Paris 16. Les étagères de l'entrée ne pouvant pas de toutes manières accueillir tous les droïdes, le Conseil s'est mis d'accord, après d'innombrables tractations, pour caser ce joli monde en majorité dans le couloir. Je précise qu'à chaque robot déballé, les revendications s'installent et enflent comme du bon pain...

Les plus gros engins, les Daimos, Daltanius, Mazinger, Grendizer veulent tenir le haut du pavé, entendez l'étagère supérieure. Les R2D2, de leur côté, souhaitent naturellement occuper une place élevée, mais dans l'entrée. Ce qui leur est facilement accordé par le Grand Conseil. Je ne suis pas certain que l'astro-navigation soit une priorité du Conseil. Les Transformers, eux aussi groupés dans l'entrée, sont avant tout préoccupés pour l'abolition de la distinction entre le droïde et l'outil.

Ce qui, à la réflexion, se comprend car ils sont tous hybrides; ils ont autant leur place parmi les jets, les motos, les tanks et les navettes que parmi les androïdes. Tout cela ne va pas sans relancer le Conseil dans d'intenses et secrètes réflexions pour regrouper ses sujets par fonction. Des guerriers aux astro-navigateurs, ou des mécaniciens aux simples nettoyeurs. A chaque fois que c'est possible, je dois de plus leur lever à tous les deux bras, en symbole de leur contestation, placer leurs missiles et leurs épées. Ah oui, j'oubliais, il me faut en plus les installer par ordre chronologique de fabrication en partant de la cuisine vers l'entrée, un cauchemar...

20h46. Trafic plutôt dense. Indice Air Parif 4. Porte Maillot. Revoilà LE fourgon noir tape à l'œil, avalant le périphérique extérieur, sur la voie de droite. Dans la cabine de contrôle, deux silhouettes se découpent, on distingue la frêle carrure de Wally et celle plus musclée de son invité qui porte une grande crête d'iroquois.

Ils s'agitent devant leurs témoins clignotants rouges, verts et bleus. La grande crête se tourne brusquement vers la crevette.
- Alors Wally, t'en es certain ? J'veux dire, t'es sûr que t'vas pas t' ramasser ?
- Je suis très confiant. Notre précieux indicateur m'a confirmé le Sud-Ouest. Mais enfin mon cher Luxkaï, tu penses bien que je ne t'aurais pas dérangé sinon...
- Mais non, mais non c'est cool man...
- On arrive. Arnold, s'il te plait, sors à la Porte d'Auteuil.
- Yes Boss.

La nuit tombe sur mes pauvres nerfs bien éprouvés. Trop foireuse journée. Il m'est impossible de me rendre aux toilettes ou dans ma cuisine sans me faire copieusement hurler dessus par les nouveaux arrivants. La foule plastique et métallique de sans papiers que j'ai soigneusement installé toute cette foireuse journée. Je ne suis à leurs yeux que la marionnette complice de l'impérialisme du Grand Conseil...

Esclave de jouets robots qui me traitent de marionnette, c'en est presque risible... Je ne sais pas pourquoi... mais je sens que cette nouvelle opposition syndicale va vite me saouler. A tel point, que j'envisage de ne plus manger dans la cuisine, voir même d'aller pisser dans mon lavabo... Je redoute le pire quand ce sera le tour de sortir de leur prison les super-héros, animaux, monstres, aliens et shnorkys en tout genre...

21h21. Trafic moyen. Indice Air Parif 3. Porte Molitor. Revoilà le fourgon noir stationné devant la piscine. Enorme tension à l'intérieur de la cabine.
- Oh mais shneurk alors !! Je n'arrive pas à me verrouiller sur la cible ! J'te jure Lux, il n'est pas plus loin que le Parc des Princes. Hmmm... trop badant !
- Et que dit l'indic ?
- Il répète que nos cibles créent une sorte de champ de protection très puissant...
- Ah ouais ?! C'est plutôt vague comme info !!!

Je viens à peine de mettre en place le célèbre chasseur de primes IG-88 quand une injonction emplit mon espace mental.
- Alerte ! Alerte ! Shaz tu dois sortir de chez toi le plus vite possible !
- Quoi ? Mais qu'est-ce qui se passe ?
C'est à présent un concert de voix qui s'y met.
- Plus tard ! plus tard !
- Mais ça va pas ?!! Maintenant j'exige des explications !
- Négatif ! Pars immédiatement !
Yoda fait taire les voix et s'impose.
- De pouvoir te protéger dans les instants qui suivent nous ne sommes sûrs... De plus en plus se rapproche un extrême danger…Emmène Ackbar et sors. Ton seul choix ceci est.

Devant un tel aplomb, ce timbre de voix grotesque d'outre-tombe, je me tais. Je ne pense plus, je vole, je chope clés, blouson, portefeuille et mon Général Pyjama. SCHBLAAMMMmm. J'avale les escaliers.

Déboulant au rez-de-chaussée, je me dirige vers le hall quand Ackbar me fait :
- Non, non Shaz ! Surtout pas dans la rue ! Va dans les caves !
Je prends donc la porte à droite de l'ascenseur et je dévale encore quelques marches. Je marche le long des caves aux portes en bois. En passant devant la mienne, Ackbar me rappelle qu'il y a encore des caisses de figurines à remonter. Ça promet...
- Prends la porte noire au bout du couloir, me lance le Général.

Je n'avais jamais remarqué cette porte, à y regarder de près, elle semble bien plus ancienne que les fondations de mon immeuble. J'ouvre, je tâtonne pour attraper l'interrupteur, ça y est, je l'ai. Ouuh... un large couloir en colimaçon... Incroyable, les marches n'en finissent pas. Le béton crépi des murs s'efface sur de grosses pierres assemblées sans doute depuis des siècles.

"Tours d'Ivoire… Œuf de l'Orbe … Clés Voltaïk… Colosse Phyrexian… Gnomes de cuivre… "

Je déchiffre au passage ces drôles d'inscriptions sur les pierres. Si elles n'étaient pas taillées directement dans le granit avec cette calligraphie très gothique, je croirais à une plaisanterie.

"…Draconian Cylix… Epée céleste… Manipulateur glacial..."
Les murs ont fait place à des poutres grossièrement taillées étayant les entrailles du sous-sol parisien.

"… Pentagramme de givre… Totem maudit…"
La lumière baisse d'un cran, il n'y a plus qu'une ampoule sur trois qui fonctionne.
- Continue, ne t'arrête surtout pas, me supplie mon compagnon Calamarien.

Il y a sur les parois suintantes comme une vague luminescence bleutée qui trompe l'obscurité. L'atmosphère devient nettement plus fraîche et sombre. Ce ne sont pas les inscriptions qui me le suggèrent mais la buée que forme mes expirations !

"…Aube céleste… Idole chimérique… Catalyseur de Mana noir… Triskèle du lotus…"
Je ne sais pas comment, je repense au Professeur Thanatos qui disait à Ali... "Ali arrête un peu avec tes conneries de catalyseur..."

Les marches, creusées par le temps, se dérobent sous mes pas ; je suis quasi aveugle, je m'enfonce toujours plus dans cet inconnu poussiéreux, quand soudainement, les coups se mettent à me pleuvoir dessus.


Posté par shazam à 19:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Premier assaut - Chapitre 10

    Un peu d'action

    Le mystère s'épaissit pour notre pauvre héros qui doit maintenant subir les désiratas de ses compagnons de jeux. Tout s'accélére le voilà mintenant en danger, poursuivit par des inconnus très étrange.

    Où l'auteur va t-il nous conduire???
    Certainement dans une galaxie très lointaine...

    un grand bravo pour cette épisode avec une mention spéciale pour la fuite à pied car littérairement c'est pas facile à rendre interressant et poutant ici on stress max.

    Posté par Math147, 04.10.05 à 16:48 | | Répondre
Nouveau commentaire